Barre unique de navigation

Barre unique de navigation

Vous êtes ici :

Barre d'outils

Collectionnez les petites bêtes !

 

 

 

 

 

 

Isabelle Simler a mis en scène les quatre insectes

dans une représentation ludique et colorée, sur un

décor de feuilles imaginaires serties de gouttes de

rosée. L’impression en héliogravure fait ressortir

les couleurs de la demoiselle, du hanneton, de la

coccinelle et du carabe, avec une brillance remarquable.

 

Isabelle Simler est diplômée des Arts décoratifs de Strasbourg. Elle est auteur, illustratrice et graphiste pour l’Édition, la Presse, l'Animation et la Publicité. Jeune maman passionnée par le monde de l’enfance, elle a réalisé et écrit les scénarios de nombreux dessins animés.

Elle a créé en 2016 pour La Poste, le bloc de timbres « Les abeilles solitaires » et le timbre « EUROMED Poissons de Méditerranée ».

 

Un peu d’histoire naturelle

 

Les noms de ces insectes racontent tous une histoire, à commencer par celui du hanneton qui n’avait pas de nom en latin à l’époque romaine. En effet, ce coléoptère ne s’est multiplié dans nos régions qu’à l’époque des grands défrichements du haut Moyen-Age, ce qui explique son nom d’origine germanique.

Au contraire, le carabe doit son nom au latin carabus, qui s’apparente à scarabée, un terme générique pour d’autres coléoptères.

La demoiselle est couramment appelée « libellule ». Demoiselles et libellules présentent pourtant des différences importantes, en particulier la position de leurs ailes au repos. Les ailes de notre demoiselle lui valent son nom savant, Calopteryx splendens, qui signifie à la fois « qui a de belles ailes » et « resplendissante ».

Toutefois c’est la coccinelle qui raconte la plus belle histoire, non pas pour la couleur rouge de ses élytres qui apparaît dans son nom - cocci est un emprunt au grec et signifie « écarlate » - mais parce qu’on la nomme aussi la bête à bon Dieu. Elle est l’héroïne d’une jolie légende du Moyen-Age où un homme innocent condamné à mort, aurait dû son salut à une coccinelle posée sur son cou quand le bourreau s’apprêtait à lui trancher la tête. Y voyant une intervention divine, le roi Robert le Pieux avait alors gracié le condamné. Et depuis, la coccinelle est considéré comme un porte-bonheur.

 

 

 

 

La coccinelle porte-bonheur affranchira tous vos courriers, car elle existe aussi en feuille.

 

 

Les infos techniques

 

Création du bloc, du timbre et du souvenir : Isabelle SIMLER

 

Le bloc :

   - Impression : héliogravure

   - Tirage : 450 000 exemplaires

   - Format du bloc : 110mm x 160mm

   - Format de chaque timbre : 40,85mm x 30mm

   - Prix de vente du bloc : 2 ,92 €

Mention obligatoire : création Isabelle Simler

Le timbre :

   - Impression : héliogravure

   - Tirage : 1 000 020 exemplaires

   - Format du timbre : 40,85mmx30mm

   - Valeur faciale : 0,73€

Mention obligatoire : création Isabelle Simler

 

 

 Télécharger le Communiqué de Presse