Accessibilité pour les personnes en situation de handicap

Vous êtes ici :

Le Train jaune de Cerdagne-3338

Présentation générale

Franchissant tout autant les ravins que les générations, le train jaune de Cerdagne est bien plus qu'un moyen de transport: une invitation au voyage pour ceux qui veulent découvrir dans toute leur pureté les superbes paysages de cette terre catalane, au cœur des Pyrénées- Orientales. Gravissant opiniâtrement la montagne, franchissant vaillamment vallées encaissées et gorges abruptes, le «canari» comme l'appellent affec-tueusement ses fidèles, emprunte, sous ses allures débonnaires, l'une des plus audacieuses lignes ferroviaires jamais réalisées par l'homme. Sa construction remonte aux années 1900. Il s'agissait alors de désenclaver la Cerdagne et de la faire entrer de plain-pied dans le nouveau siècle. Le chantier mobilisa des milliers d'hommes -tailleurs, mineurs, terrassiers...- qui construisirent pas moins de 650 ouvrages d'art, dont le superbe pont Séjourné, avec ses 16 arches en pierre de taille, et l'audacieux pont Gisclard, unique en son genre avec ses haubans métalliques surmontant un pont suspendu. Ce train acrobate entame son périple à Villefranche-de-Conflent, à 427 m d'altitude, pour le terminer, 63 km plus loin, à Latour-de-Carol, gare internationale située à 1231 m d'altitude, à proximité de la frontière espagnole. De la forêt du Confient aux pâturages de Cerdagne, le petit train emprunte des pentes pouvant atteindre 6%, pourfend la roche au fil des tunnels, se faufile sur des corniches, négocie quelque 390 courbes, enchaîne brusques montées et redescentes... Distillant une musique caractéristique de frottements métalliques et de bruissements d'air, il prend son temps pour laisser aux voyageurs -surtout ceux qui ont la chance, l'été, de monter en voiture découverte- le loisir de goûter la diversité des paysages et de vivre pleinement le contact direct avec la montagne. Si ses machines sont capables d'atteindre la vitesse de 55 km/h, il est rare qu'il se risque à de telles extrémités: musarder fait partie du charme du voyage, et il faut compter environ deux heures et demie pour effectuer le trajet. Utilisé jadis, non seulement pour le transport des voyageurs, mais aussi pour le trafic de marchandises et la desserte des mines de la région, un temps menacé de fermeture avant d'être classé ligne touristique et de faire peau neuve grâce à une «grande révision générale» dans les années 80, le train jaune de Cerdagne vit aujourd'hui une seconde jeunesse avec l'essor du tourisme, convoyant chaque année, à la belle saison, quelque 200000 adeptes.

Titre Le Train jaune de Cerdagne
N° Yvert et Tellier 3338
Pays émetteur France
Lieux Premier Jour Villefranche de Conflent

Date Premier Jour 14/07/2000
Date de vente générale 17/07/2000
Date de retrait 09/02/2001

Création

Auteur N.C.
Graveur N.C.
Mise en page Cousin, Jean-Paul

Droits de reproduction N.C.
Mode d'impression Héliogravure
Particularité N.C.

Caractéristiques

Format Paysage
Type de support Papier gommé
Hauteur Timbre 26 mm
Largeur Timbre 40 mm
Présentation N.C.
Hauteur de l'ensemble N.C.
Largeur de l'ensemble N.C.
Valeur faciale 3 NFR et E
Prix N.C.
Surtaxe N.C.
Bénéficiaire de la surtaxe N.C.
Destination N.C.
Tirage 9 963 430

Thématiques

Thèmes Transport
Architecture
Tourisme
Sous-thèmes Architecture fluviale et maritime
Transport ferroviaire
Série N.C.
Personnes N.C.
Lieux N.C.
Région Languedoc-Roussillon

Evènement N.C.
Reconnaissance N.C.