Accessibilité pour les personnes en situation de handicap

Jesús Rafael Soto : Sphère Concorde-3535

Présentation générale

Né en 1923 à Ciudad Bolivar au Venezuela, Soto suit les cours de l'École des beaux-arts de Caracas, puis s'installe à Paris en 1950. Fasciné par les œuvres de Malevitch et de Mondrian, passionné de mathématique et de musique sérielle, il s'engage résolument dans la voie de l'abstraction. Privilégiant une gamme réduite de couleurs et une organisation rigoureuse de l'espace pictural, Soto va très vite mettre en place un système plastique parfaitement singulier. En effet, en superposant et répétant quelques formes géométriques élémentaires (carrés, lignes ou points) sur des fonds monochromes ou tramés, il provoque l'illusion de la vibration chromatique. En 1955, l'artiste participe à l'exposition intitulée Le Mouvement, considérée comme l'acte de naissance de l'Art cinétique. Il s'agissait, dira Soto, «d'éliminer la notion d'oeuvre qui fixe un moment de l'univers pour démontrer au contraire que celui-ci est une chose en mouvement». L'œuvre, qu'elle soit peinture, sculpture ou relief, en agissant sur la sensibilité rétinienne du spectateur et en sollicitant sa participation active, cesse dès lors d'être immuable pour devenir mobile, mouvante et dynamique. L'utilisation de matériaux inusités, tels que le plexiglas, les fils de nylon, ou encore les grilles métalliques permet à l'artiste de jouer en virtuose sur la progression et la superposition, comme sur la répétition d'éléments graphiques et chromatiques, faisant du mouvement virtuel ou réel le fondement même de son cheminement. Par sa pratique, Soto a largement contribué à l'intégration de l'art dans l'environnement. En 1969, il crée, pour l'esplanade du Palais de Tokyo à Paris, l'un de ses premiers Pénétrables, où le public est amené à franchir un espace de 500 m2 constitué d'une multitude de lianes de nylon très serrées. De la même manière, passant outre les limitations traditionnelles du rapport de l'œuvre à l'architecture, l'artiste incite te spectateur à se mouvoir. Ce dernier peut ainsi prendre pleinement la mesure de l'effet spatio-temporel insolite qu'imposent les multiples vibrations chromatiques de ces pièces monumentales que sont le Cube de Paris (1990) ou la Sphère Concorde (1996). « J'essaie, écrit Soto, de faire quelque chose qui épargnera l'angoisse aux autres. J'essaie d'apporter de la sérénité, une harmonie qui n'existe pas dans le monde réel.»
Maïten Bouisset

Titre Jesús Rafael Soto : Sphère Concorde
N° Yvert et Tellier 3535
Pays émetteur France
Lieux Premier Jour Paris

Date Premier Jour 11/11/2002
Date de vente générale 12/11/2002
Date de retrait 12/09/2003

Création

Auteur N.C.
Graveur N.C.
Mise en page Baras, Aurélie

Droits de reproduction © Photo : L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste / © ADAGP, Paris 2011 © Notice : L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste
Mode d'impression Héliogravure
Particularité N.C.

Caractéristiques

Format Portrait
Type de support Papier gommé
Hauteur Timbre 53 mm
Largeur Timbre 40 mm
Présentation N.C.
Hauteur de l'ensemble N.C.
Largeur de l'ensemble N.C.
Valeur faciale 0.75 E
Prix N.C.
Surtaxe N.C.
Bénéficiaire de la surtaxe N.C.
Destination N.C.
Tirage 3 616 978

Thématiques

Thèmes Personnage célèbre
Art
Sous-thèmes Sculpture
Personnage artistique
Série Tourisme et Culture

Personnes Soto, Jesús Rafael

Lieux N.C.
Région N.C.
Evènement N.C.
Reconnaissance N.C.