La Poste Solutions Business : Rubrique A la une

 

Le Groupe

Un des enseignements de l’étude menée par le cabinet Eranos et La Poste : le courrier est un média “nativement” attentionnel cochant les 8 objectifs de communication durable.

  • Partager dans Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin
  • Copier l'adresse de l'article

Le média de la confiance 

Par essence, le courrier est synonyme de transparence. Il a un cycle de vie bien connu, plus maîtrisé et donc traçable. En cela, il répond aux attentes des consommateurs en quête de choix de consommation plus éclairés. 

Le courrier, par lequel arrivent les messages officiels et importants, est l’expression d’une considération qui a de la valeur aux yeux du récepteur. C’est en effet un des rares médias à moins pâtir de la défiance croissante des consommateurs car il repose sur une relation de confiance. C’est un média également vecteur de sens, idéal pour manifester un engagement.  

D’abord parce qu’il est symboliquement porteur de récits (le livre, la lettre). Il permet une meilleure compréhension des textes qui mélangent narratif et informationnel. 

Il permet enfin de corréler la forme et le fond, et d’inscrire dans la durée en donnant du sens et de la structure narrative. 

Créateur d’un contexte propice…

Le courrier est moins invasif que les technologies numériques : c’est le récepteur qui choisit où et quand il reçoit le message et, par sa nature diachronique, il impose un temps de séparation et d’attente entre l’émetteur et le récepteur. 

D’ailleurs, le courrier, sa relève et sa lecture font partie d’un rituel à part entière de la vie quotidienne, ils ne viennent pas interrompre d’autres rythmes essentiels. Il s’agit non seulement de garantir une réception plus efficace du message, mais d’aller plus loin en favorisant des contextes qui préservent l’attention plutôt que de l’épuiser. 

L’efficacité attentionnelle du courrier fait l’objet de nombreuses mesures qui le placent comme un média propice à la concentration. 

Avec la prise de conscience des effets du numérique sur l’humain, le support papier mérite d’être réévalué pour son effet particulier sur l’attention : un effet qui s’inscrit dans la durée et qui est bien plus qu'une simple alerte. 

…et d’une expérience immersive 

Le choix du papier, le format, l’épaisseur ne sont pas réductibles à un rapport coût/esthétique, ils représentent une manière de mettre en scène de l’immersion et de designer les interactions entre l’annonceur et son client. Le courrier permet de modeler l’attention de son récepteur. 

Le média courrier a un rôle complémentaire du numérique. Il permet de transformer le courrier en objet précieux que l’on conserve et expose (catalogue, prospectus, etc.). Le papier a une texture, une odeur, un bruit spécifiques quand on le touche, il n'a rien à voir avec le numérique. Le courrier est naturellement une slow tech qui permet d’équilibrer l’intensité et la rapidité du numérique. L’expérience sensorielle et émotionnelle qui accompagne la lecture sur un support papier permet de mémoriser plus facilement les informations. 

Les objets papier comme le courrier tendent à s’inscrire dans la durée car ils laissent des traces : ils sont visibles et occupent une place dans l’espace physique ainsi que dans l’espace mental. 

Pour plus de contenus similaires sur cette thématique, découvrez notre nouveau Mag L’Attention.