Le Groupe

4 consommateurs sur 5 achètent un produit vu et recommandé sur les réseaux sociaux. On comprend mieux pourquoi les marques ont de plus en plus recours au marketing d’influence. La Poste et WOÔ, agence experte en influence, lance une offre inédite alliant l’efficacité du média courrier avec le marketing d’influence. Interview d’Agathe Nicolle, fondatrice de WOÔ.

  • Partager dans Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin
  • Partager sur Viadéo

Depuis 2016, le marketing d’influence croît de 56% par an… Pourquoi un tel succès ?

Le réseau d’influence a toujours existé. Quand une amie vous demande : « j’adore ta robe, tu l’as acheté où ? », on partage ses bons plans, on parle d’une marque, sans s’en rendre compte. Aujourd’hui, on a les réseaux sociaux pour partager. L’influence que peuvent avoir les recommandations de certaines personnes sur les consommateurs est si forte que les grandes marques recourent aujourd’hui à ce type de campagne. Un autre chiffre parle de lui-même : 82% des consommateurs sont prêts à suivre les recommandations faites par un influenceur.  
La question n’est plus « doit-on investir ou non en influence ? », mais plutôt « comment votre campagne peut faire la différence sur les réseaux sociaux ? ».  

Qu’est-ce qui créé justement cette différence ? 

La différence, c’est réussir à engager une communauté. C’est là que les marques ne parlent plus d’elles, mais qu’elles FONT parler d’elles.  
Il y a quelques années, l’influence c’était s’offrir un influenceur en vogue, les « macro-influenceurs » comme on les appelle, ceux qui comptent plus de 30 000 followers. Mais les études ont montré que le nombre d’abonnés ne fait pas tout ! Par exemple, une femme trentenaire qui vient d’avoir son premier enfant aura plus d’impact auprès de sa communauté de 10 000 followers, parce qu’on sait que sa communauté lui ressemblera plus.  
Les marketeurs ont d’ailleurs bien identifié que plus l’influenceur a une grande communauté, plus son taux d’engagement baisse. C’est bien l’engagement de la communauté qui prime.  

De plus, l’optimisation d’une campagne d’influence consiste à choisir le juste équilibre entre macro-influenceurs, micro (de 1000 à 30 000) et nano (moins de 1000). A chaque cible d’influenceurs, un engagement, un positionnement et bien sûr une manière de communiquer.  

Comment les influenceurs communiquent ensuite ?  

En fonction de l’objectif de la marque, les influenceurs sélectionnés vont ensuite relayer des contenus que nous avons créés. Prenons un exemple concret : une entreprise de cosmétique lance son tout dernier rouge à lèvre. Son objectif est de faire connaître, de distribuer des échantillons et de générer du trafic en magasin. La création d’un hashtag spécial pour la soirée de lancement est la première étape. Ensuite, nous convions des macro-influenceurs à se rendre à la soirée de lancement. Sur les réseaux sociaux, la soirée est ensuite relayée via des posts, des vidéos, etc. Les micros-influenceurs, quant à eux, vont mettre en avant le nouveau produit dans leur quotidien et donneront leurs avis. Sur leur story Instagram, ils vont inviter leur communauté à participer et recevoir un échantillon.  
Ces 2 types d’influenceurs sont très complémentaires. Les macros, pour la plupart des professionnels, vont être rémunérés par les marques en échange de publications. Les micros sont des consommateurs qui génèrent des avis, des vidéos, des articles pour aider les autres dans leur processus d’achat.  

Pourquoi intégrer le courrier au cœur d’une campagne d’influence ?  

WOÔ et La Poste, c’est justement la rencontre du courrier et du digital. Ils sont absolument complémentaires. Le papier a en effet ce côté palpable que le réseau social n’a pas. Certes, tout le monde utilise les réseaux sociaux, mais le courrier est toujours autant apprécié des Français. On sait que 92% d’entre eux lisent au moins un courrier par semaine. Cette complémentarité permet vraiment d’augmenter l’impact des campagnes courriers en les faisant résonner sur les réseaux sociaux via des influenceurs.  

Comment ce mix courrier/influence se traduit-il ?  

Par exemple, vous ouvrez une nouvelle boutique, les influenceurs vont lancer la campagne d’influence à l’occasion de l’inauguration, et inviter leurs followers à recevoir des bons de réduction ou des échantillons. Pour ce faire, ils laisseront leurs coordonnées sur une landing page dédiée. Votre base de données client s’enrichit, et l’arrivée en boîte aux lettres d’un imprimé publicitaire ou de bons de réduction s’inscrit dans la suite logique du parcours d’achat.  

C’est dans cette logique que nous avons créé une dizaine d’offres qui mixent le courrier et l’influence, au regard des besoins récurrents des marques, qu’il s’agisse de BtoB ou de BtoC. Elles s’adressent autant aux PME/PMI qu’aux grands comptes.  
Avec ces offres sur-mesure, les marques ont deux partenaires : La Poste et WOÔ, chacun expert dans leur domaine.  

Pour en savoir plus... contactez votre interlocuteur commercial La Poste Solutions Business

Source : Elise d’Hivency, JUL 03, 2019 et Expercity