Aller au contenu de la page
Convention collective nationale bâtiment plus de 10 salariés - 23/01/2023 dernière mise à jour uttscheid

Convention collective nationale bâtiment plus de 10 salariés - 23/01/2023 dernière mise à jour uttscheid

En stock
ID 3701175006916
Convention collective nationale Bâtiment de plus 10 salariés 2016 + Grille de salaireEdition Papier (dos carré collé)Numéro de brochure JO : 3258IDCC : 1597Les codes NAF associés : 1396Z 1610B 1623Z 2369Z 2370Z 2511Z 251...
Lire la description détaillée
Livraison OFFERTE
Livraison offerte
34,74 €
Prix unitaire TTC
Neuf
En stock
Vendu et expédié par

A propos de ce produit

Convention collective nationale Bâtiment de plus 10 salariés 2016 + Grille de salaire Edition Papier (dos carré collé) Numéro de brochure JO : 3258 IDCC : 1597 Les codes NAF associés : 1396Z 1610B 1623Z 2369Z 2370Z 2511Z 2512Z 3102Z 3109B 3900Z 4120A 4120B 4213A 4299Z 4311Z 4312A 4312B 4313Z 4321A 4321B 4322A 4322B 4329A 4329B 4331Z 4332A 4332B 4332C 4333Z 4334Z 4339Z 4391A 4391B 4399A 4399B 4399C 4399D 4399E 4752A 4753Z 4776Z 6810Z 7410Z 7490A L'employeur est tenu d'informer les salariés sur les dispositions conventionnelles applicables à l'entreprise, notamment au moment de l'embauche. L'employeur doit remettre une notice d'information au salarié lors de son embauche et mettre un exemplaire de la convention collective de l'entreprise (art. L. 135-7 du code du travail). Le salarié peut consulter la convention collective applicable dans l'entreprise. Un accord prévoit les conditions permettant de consulter la convention collective applicable dans l'entreprise. À défaut d'accord, l'employeur tient un exemplaire de cette convention à la disposition du personnel. Un avis doit être affiché sur le lieu de travail, indiquant l'existence de la convention et précisant où et dans quelles conditions elle peut être consultée. SANCTIONS : L'employeur qui ne respecte pas ses obligations d'affichage et de consultation peut être condamné à payer une amende de classe 4 de 750 euros. Cette amende est doublée en cas de récidive dans un délai d'un an. Si le salarié subit un préjudice du fait de l'absence d'affichage, par exemple s'il n'a pas eu connaissance des majorations de salaire et de la prime d'ancienneté qu'il était en droit de recevoir en vertu de la convention collective, il peut demander, sous forme de dommages et intérêts, le rappel des sommes qui auraient dû lui être versées en y ajoutant les intérêts au taux légal.