Aide LaPoste.net

 

Le Groupe

Garder le goût de manger – à tous les âges !

Mise à jour le 2 juin 2020    -   en partenariat avec Hizy
Imprimer l'article Envoyer par email

Manquer d’appétit, renoncer à se mettre à table « tout seul », ne plus avoir envie de cuisiner… Avec le grand âge, les habitudes et les comportements alimentaires changent, parfois au risque de ne pas manger assez ! Comment aider les plus âgés à bien se nourrir ?

Les raisons et risques mal se nourrir quand on est âgé

Rester en bonne santé le plus longtemps possible passe par une bonne alimentation à tous les âges, mais les recommandations valables pour les jeunes ne sont pas à prendre au pied de la lettre au-delà de 70 ou 75 ans. Limiter les apports nutritionnels, par exemple, est une très mauvaise idée même si la personne âgée est plus sédentaire, moins sportive, et que son organisme brûle moins de calories.

La dénutrition chez la personne âgée n’est pas rare et il faut la prendre au sérieux. Le sentiment de solitude, le manque d’envie de cuisiner, les effets indésirables des médicaments causent souvent un manque d’appétit, une diminution du plaisir à s’alimenter. Or, à cette période de la vie, il faut lutter contre l’amaigrissement. Car il donne lieu à d’autres problèmes de santé, comme une perte osseuse et une fonte de la masse musculaire, qui provoquent des chutes, malaises, essoufflements, et in fine accentue la fragilité et la dépendance.

Les comportements qui doivent alerter les proches de la personne âgée :

  • une perte de poids, involontaire et continue
  • une perte d’appétit, avec des repas sautés, oubliés
  • un repli sur soi

Alimentation de la personne âgée : le goût change

L’avancée en âge s’accompagne souvent de troubles de la mastication, de problèmes intestinaux… Ce qui peut expliquer les changements de goûts alimentaires, et donc l’alimentation de la personne âgée. De plus, les sensations olfactives et gustatives peuvent être perturbées, à cause de cancers, de troubles thyroïdiens, de la glande salivaire, ou encore des maladies de Parkinson/ d’Alzheimer. Ainsi, le nombre de papilles diminue, les aliments ont tendance à tous se ressembler. La personne âgée est plus encline à préférer le sucré, le moelleux, les plats relevés.

Un mot d’ordre : pas de frustration, oui au plaisir de manger !

  • Une personne âgée peut manger de tout : la junk-food et la consommation d’alcool sont à éviter certes, mais on ne lui recommande pas de se priver sous prétexte que c’est trop gras, trop sucré : l’important est de manger.
  • Une personne âgée peut manger plus souvent. On ne va pas lui reprocher de grignoter, il vaut qu’elle mange quand elle a faim pour que les bonnes habitudes et l’envie de repas plus structurée reviennent.

Une exception, bien sûr pour les régimes médicaux restrictifs. Il est parfois, difficile d’y couper : pour leur santé, certaines personnes âgées doivent obéir à des régimes particuliers (sans sel, sans sucre, végétariens, amaigrissants, sans lactose…). Ce qui donne encore plus de fil à retordre pour leur redonner le goût de manger.

Donner envie de manger : comportements alimentaires à encourager

Il existe des astuces pour retrouver le plaisir de manger. Comment stimuler l'appétit chez la personne âgée ? Ça passe par :

  • inciter à bien mastiquer
  • mettre des couleurs dans l’assiette (et sur la table) sans tout mélanger
  • varier les présentations des produits mixés : flans, mousselines, quenelles, terrines, crèmes…
  • assaisonner, mettre des aromates : interpeler par l’odeur (plats mijotés, épices, oignons)
  • augmenter la teneur nutritive des aliments, sans augmenter les portions (ajouter de la crème fraîche, du fromage sur les pâtes et dans les soupes…)
  • encourager des repas sociaux, avec d’autres personnes, pour la convivialité
  • aider à fixer des horaires de repas réguliers : la régularité peut aider à rétablir les signes de faim de l’organisme
  • aromatiser l’eau (de façon naturelle) pour lutter contre la déshydratation
  • faire participer la personne âgée à la préparation du repas pour lui ouvrir l’appétit et échanger sur la conception des menus

Les apports nutritionnels dont on manque au grand âge

Sur quoi on mise comme nutriments et micronutriments pour l’alimentation grand âge ?

  • les protéines : Oui ! contrairement à ce qu’on pourrait croire, même à 80 ans, les besoins protéiques sont importants, notamment pour lutter contre la sarcophénie (perte de la force musculaire liée à l’âge). Viandes, poissons, œufs, mais aussi produits laitiers et légumineuses.
  • les oméga-3 : poissons gras, pour entretenir sa mémoire
  • les vitamines : acérola

Si la mise en place de ces coups de pouce ne suffit pas et que le risque de dénutrition persiste, il existe des médicaments pour stimuler l'appétit.

A lire aussi autour des repas de la personne âgée


Portage des repas à domicile : ce n’est pas l’unique solution