Aller au contenu principal
  • Article
  • RSE
  • Score ecologique

Notre Score écologique informe les consommateurs des conséquences de leurs choix.

La Poste a mené, au printemps dernier, une analyse de cycle de vie (ACV) multicritère et intégrant toutes les parties prenantes, qui permet d’approfondir la connaissance des impacts environnementaux liés à l’expédition et à la réception d’un colis et de repérer les étapes et pratiques les plus impactantes, sur lesquelles concentrer les efforts de réduction.

 

Qu’est-ce qu’une ACV, quel était l’objectif de celle réalisée au printemps dernier sur votre activité Colis et quels en sont les principaux enseignements ?

 

Laure Mandaron – Nous disposions depuis des années de reportings annuels robustes concernant les émissions de COliées à l’envoi et à la réception de colis, mais pas d’analyse de cycle de vie (ACV) récente. Une ACV mesure les impacts d’un produit ou service sur l’ensemble de son cycle de vie, et donne une vision « du puits à la roue », y compris des impacts liés aux activités amont (e-commerçants, fabricants d’emballages, etc.) et aval (client/consommateur). En outre, une ACV ne se limite pas au CO2, mais porte sur 16 domaines d’impact (dont l’usage des terres, les particules fines, la toxicité humaine). Menée par les cabinets spécialisés Evea et EcoAct et revue par un panel d’experts coordonnés par Bureau Veritas, elle a notamment démontré que la remise hors domicile n’était pas toujours l’option la moins polluante. En effet, certains clients retirent leur colis en se déplaçant en véhicule thermique, ceux-ci parcourent en moyenne 5,2 km , l’impact est 2,4 fois supérieur à celui d’une livraison à domicile réussie. 

 

Comment avez-vous réduit les émissions par colis transporté de 42 % entre 2013 et 2022 et quelles actions complémentaires avez-vous ou allez-vous mettre en place sur la base de cette ACV ?

 

L. M. - Cette réduction passée résulte d’améliorations sur la phase d’acheminement, qui représente la majorité des impacts climat sur le périmètre du groupe La Poste :  baisse des kilomètres parcourus entre sites de tri et de livraison, déploiement du vrac rangé pour optimiser les chargements, verdissement de la flotte de livraison, formations à l’éco-conduite…

Cette ACV va nous permettre d’aller plus loin. Par exemple, sur le Score écologique mis au point avec l’appui de l’Ademe (Agence de la transition écologique) il y a 18 mois, qui affecte une note de A (le moins d’impacts) à E (le plus d’impacts) aux impacts environnementaux des différents modes d’envoi ou de réception des colis choisis par le client. Proposé sur le site Laposte.fr, il est progressivement adopté par des sites d’e-commerce comme Boiron. Une nouvelle version, élaborée grâce aux données obtenues par l’ACV, évalue la performance sur le changement climatique, la pollution de l’air, les ressources et les énergies non renouvelables. Cette ACV facilite les échanges avec les parties prenantes concernées sur le cycle de vie de l’envoi et de la réception d’un courrier ou colis et permet d’optimiser les pratiques. 

Nous allons aussi créer un outil d’évaluation de l’empreinte carbone et de valorisation de la performance RSE de nos principales offres Courrier et Services. 

 

Quels sont vos leviers d’actions pour inciter le consommateur à un comportement « vertueux » ?  

 

L. M. - Notre Score écologique informe précisément les consommateurs sur les conséquences de leurs choix, en tenant compte des différents cas de figure. Par exemple, concernant la différence d’impact entre un colis remis à domicile et un colis remis en point relais, de multiples configurations ont été étudiées : contexte urbain ou rural, véhicule thermique ou électrique, distance parcourue, etc. Pour la livraison à domicile, il y a un fort enjeu de sensibilisation aux pratiques favorisant une première présentation réussie, même si c’est déjà le cas à 96 % pour Colissimo.

L’envoi depuis la boîte aux lettres personnelle du client, dont le développement a connu un pic lors de la pandémie Covid-19, est particulièrement performant en zone rurale, le facteur récupérant le colis déposé par l’expéditeur dans sa propre boîte aux lettres au cours de sa tournée, ce service évite le déplacement de l’expéditeur dans un point de dépôt.

Dernières actualités

  • Article
Entreprise à mission, La Poste renforce sa politique climat en adoptant une trajectoire Zéro ém…
  • Article
Une nouvelle directive européenne de reporting extra-financier, la CSRD, est entrée en vigueur …
  • Livre Blanc
En début d’année c’est la période des bonnes résolutions. Alors pourquoi ne pas s’impliquer aup…
  • Article
Découvrez pourquoi et comment réduire le volume d’emballages et les émissions de CO2 associés à…