Aide LaPoste.net

 

Le Groupe

Aidant familial : grosse fatigue ou burn out ?

Mise à jour le 6 mai 2020    -   en partenariat avec Hizy aidant familial burn-out
Imprimer l'article Envoyer par email

Aidant, vous vous sentez parfois épuisé et au bord de craquer ? Grosse fatigue ou burn out des aidants ? Selon la réponse, la surcharge est plutôt physique ou plutôt morale et l’urgence n’est pas la même.

Aidant fatigué : qu’est-ce qui signe la fatigue de l'aidant ?

Comment expliquer l’origine de cette grosse fatigue ?

Les aidants familiaux témoignent souvent d’une grande fatigue, d’un immense épuisement physique. La cause ? Le manque de temps pour soi qui est occupé par le rôle d’aidant. Pour certains, les nuits sont courtes, les repas pris sur le pouce, et le sport un doux rêve. Le risque est réel de négliger sa propre santé à force de repousser un rendez-vous médical, de prendre son propre traitement en dent de scie, ou d’annuler la visite de contrôle chez le dentiste.

Les indices que vous faites face à une grosse fatigue

Les signes évidents d’une grosse fatigue :

  • la difficulté à sortir de son lit le matin, à démarrer la journée ;
  • des maux de tête persistants ;
  • les bobos qui s’accumulent (comme les rhumes à répétition) parce que le système immunitaire est moins performant.

Comment lutter contre la fatigue des aidants ?

La clé pour reprendre le dessus est de préserver un temps pour vous. Cela nécessite de se réorganiser, de dégager des plages horaires pour les loisirs, les papiers, la santé. Faites-vous aider davantage et listez ce que vous pouvez déléguer, à des proches ou à des professionnels. Ça soulagera votre emploi du temps, votre dos et votre esprit.

Syndrome de l’aidant : qu’est-ce que le burnout des aidants familiaux ?

D’où vient le burn out de l’aidant familial ?

Le burn out de l’aidant est souvent défini comme une réaction au stress qui épuise les ressources psychiques, mentales et émotionnelles. L’aidant se sent coupable, impuissant, incapable de bien faire. Parfois, le mal-être est moins conscient : simplement on n’y arrive plus. Et même après un week-end paisible, impossible de se sentir en forme.

Les indices que vous faites un burn out et avez besoin d’aide

Le burn-out des aidants est difficile à identifier, il arrive progressivement : la situation se dégrade au fur et à mesure avec :

  • des idées noires, la sensation de sombrer
  • d’importants troubles du sommeil et des douleurs musculo-squelettiques
  • une réactivité à fleur de peau, de l’irritabilité, vous vous disputez facilement

  • parfois de la froideur, une indifférence qui s’installe envers votre proche aidé

  • des dérèglements du comportement alimentaire, voire la consommation de drogues.

Cercle infernal : comment sortir d’un burn out ?

Pour ne pas glisser vers un burn out qui est long à guérir, il faut se faire aider. Demandez un soutien psychologique, qui vous aidera à retrouver une interprétation moins négative des choses. Communiquez avec d’autres aidants ou avec des spécialistes par le biais d’associations. Parlez de votre mal-être à l’équipe soignante. Il existe aussi des stages pour les aidants. Et prenez du recul, un congé proche aidant peut être salutaire. Cela vous aidera à voir plus loin et à bâtir à nouveau des projets futurs.

On a tendance à minimiser les signaux d’alerte du burn out. Ne les ignorez pas. Fondation Recherche Alzheimer précise qu’il faut « agir avant d’être à bout » . N’oubliez pas que pour aider, il faut préserver sa bonne santé !