Le Groupe

Relocalisation de la production, développement des services à domicile, rôle primordial du local dans les politiques publiques… depuis la crise liée au Covid la notion de proximité est omniprésente et plaide déjà pour de nouveaux univers de services.

  • Partager dans Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin
  • Partager sur Viadéo

Déjà perçue comme une valeur montante, la proximité s’est imposée pendant et à la sortie du confinement, comme une notion essentielle. Et pour cause ! Face à une situation totalement inédite, il a fallu imaginer des solutions adaptées où la notion de proximité était systématiquement présente même si elle recouvrait différents aspects.
L’organisation du “déconfinement” a ainsi été pensée région par région, dans le but d’apporter des solutions spécifiques à des contextes locaux très différents. C’est aussi au niveau local qu’a été géré l’accueil des élèves dans les établissements. La proximité s’est aussi exprimée dans le commerce local : aux côtés des grandes surfaces, les magasins de proximité ont vu leurs ventes grimper jusqu’à 30%. Enfin la proximité a été la ligne directrice des initiatives mises en place pour aider ceux qui étaient au front : des initiatives locales, imaginées ville par ville, quartier par quartier.

Signe des temps, cette proximité 2020 s’est aussi très bien accordée avec la vente à distance. Géraud Felgines, directeur marketing et solutions des nouveaux services à La Poste, nous le confirme : « La vente à distance n’est plus antinomique du local, les magasins peuvent faire les deux ». Et effectivement, de nombreux producteurs ont mis en place des circuits multimodaux alliant commerce de proximité et vente en ligne sur des plateformes comme Ma Ville Mon shopping qui s’est associée à La Poste. Ce type de plateforme permet à des commerçants de proposer leurs produits et de profiter d’une nouvelle opportunité de distribution à laquelle les Français se sont vite habitués. Au-delà du soutien aux producteurs, ce type de solution permet de privilégier des circuits courts et par conséquent de limiter les émissions de CO2.

Derrière cette notion de proximité il y a aussi, bien sûr, le domicile. Les services et les solutions innovantes comme le portage à domicile ont montré leur utilité auprès des personnes vulnérables et confinées. Ces services étaient déjà en plein développement. Portage de repas ou de médicaments, aide-ménagère, livraison de matériel médical à domicile …. autant de solutions qui permettent de lutter contre l’isolement et la dépendance. Les services d’assistance aux personnes du grand âge ou aux personnes handicapées constituent également tout un pan de services qui sera encore amené à se renforcer. L’isolement lié au confinement a permis de mettre un peu plus à jour ces solutions à la fois proches et innovantes.

Enfin, cette crise aura sans doute également consacré le rôle essentiel des collectivités.
Villes et régions sont ainsi revenues sur le devant de la scène pour aider les acteurs locaux et pour garantir le lien social et la prise en compte de tous les citoyens durant cette période. Durant ces deux mois les élus ont été nombreux sur le terrain. Un mouvement des populations des grandes agglomérations vers des villes à dimension plus humaine pourra également être une perspective. Toute personne qui a vécu deux mois, confinée, sait bien qu’un logement plus grand, avec jardin, est un atout précieux quand il s’agit de rester chez soi.

Plus que jamais, cette valeur de proximité nous parle. Elle s’est imposée à nous durant la crise et prend de multiples visages pour dessiner, peut-être, des nouvelles attentes et des changements profonds. A l’heure du “déconfinement” nous sommes aussi en droit de nous demander ce qui restera de cette période. Les Français renoueront ils avec leur comportement d’avant crise ? Une question d’autant plus prégnante quand on sait que les fruits et les légumes ont connu une hausse moyenne de 20% ces dernières semaines. Les Français, touchés par le chômage et la récession économique seront-ils toujours animés par cette conscience du local ? Quelle place pour la proximité demain ?

Rendez-vous le 28 Mai à 16h pour suivre le Talk du Figaro sur le sujet avec Olivier Sichel, directeur général adjoint de la Caisse des Dépôts, Denis Gancel Président de l’agence W, Carine Wolf-Thal Présidente du conseil national des Pharmaciens et Philippe Dorge directeur général de la Branche Services-Courrier-Colis de La Poste.  Voir l’émission ici