Accessibilité pour les personnes en situation de handicap

Vous êtes ici :

Vienne-2348

Présentation générale

Chef-lieu d'arrondissement du département de l'Isère, Vienne est une de ces villes qui, en raison de la présence toute proche d'une grande métropole économique, ne peuvent assumer le grand destin auquel la géographie et l'histoire semblaient les destiner.
Vienne est située sur la rive gauche du Rhône, en un des plus étroits défilés de sa vallée. L'intérêt stratégique du site incita les Romains d'abord, les Burgondes ensuite à s'y fixer. Les Romains y élevèrent de magnifiques bâtiments et les rois Burgondes en firent leur résidence favorite. Avec l'arrivée du christianisme remontant le couloir rhodanien, Vienne, ville épiscopale, devint une des grandes cités du monde chrétien médiéval. Mais l'irrésistible ascension du Lyon de la Renaissance mit fin aux ambitions de Vienne la Dauphinoise.
Cette décadence fut en partie masquée par l'apparition d'une activité nouvelle. Profitant de la présence de la Gère, modeste rivière traversant la ville, foulons et tanneurs installèrent leurs ateliers sur les bords de ce cours d'eau. Plus tard, au 18e siècle, un Allemand, Blumenstein, y implanta une industrie qui devait faire la richesse de Vienne et de sa région, la métallurgie. Ainsi naquit la double vocation moderne de cette cité laborieuse : le travail du drap puis des fibres naturelles et synthétiques, le travail des métaux et des industries connexes.
De sa grandeur romaine. Vienne conserve d'admirables monuments dont le plus visité, le temple d'Auguste et de Livie, s'élevait au centre du forum. Très connus aussi sont le théâtre qui peut accueillir près de 14 000 spectateurs sur 45 rangées de gradins, le portique d'entrée des anciens thermes, le temple des Mystères de Cybèle et les vestiges de l'Odéon.
La Vienne chrétienne réserve aux touristes la joie de visiter la cathédrale Saint-Maurice, ancienne primatiale des 12e et 13e siècles. Plus curieuse est l'église Saint-Pierre, qui remonte au 6e siècle et qui aujourd'hui abrite un musée lapidaire. Quant à l'abbatiale Saint-André-le-Bas, contemporaine de l'église Saint-Pierre, son aspect primitif a complètement disparu à la suite de travaux exécutés aux 9e et 12e siècles. Aujourd'hui, on y admire surtout le cloître roman, ouvrage d'une rare élégance, permettant d'accéder à un intéressant musée d'art chrétien.
Vienne enfin ajoute le privilège très envié, d'être un des hauts-lieux de la grande cuisine française.

Titre Vienne
N° Yvert et Tellier 2348
Pays émetteur France
Lieux Premier Jour Vienne

Date Premier Jour 19/01/1985
Date de vente générale 21/01/1985
Date de retrait 11/10/1985

Création

Auteur Goffin, Marie-Noëlle

Graveur Goffin, Marie-Noëlle

Mise en page N.C.
Droits de reproduction N.C.
Mode d'impression Taille-douce
Particularité N.C.

Caractéristiques

Format Paysage
Type de support Papier gommé
Hauteur Timbre 26 mm
Largeur Timbre 40 mm
Présentation N.C.
Hauteur de l'ensemble N.C.
Largeur de l'ensemble N.C.
Valeur faciale 1.7 NFR
Prix N.C.
Surtaxe N.C.
Bénéficiaire de la surtaxe N.C.
Destination N.C.
Tirage 10 000 000

Thématiques

Thèmes Architecture
Tourisme
Sous-thèmes Architecture religieuse
Architecture urbaine
Série Tourisme et Culture

Personnes N.C.
Lieux Vienne

Région Rhône-Alpes

Evènement N.C.
Reconnaissance N.C.