Aide LaPoste.net

 

Le Groupe

Les bienfaits de l’hortithérapie

Mise à jour le 30 avril 2020    -   en partenariat avec Hizy
Imprimer l'article Envoyer par email

L’hortithérapie ou jardinage thérapeutique permet de lutter contre le stress, la dépression, de réactiver certaines fonctions lésées comme la mémoire ou le langage. Présentation de cette thérapie par les plantes.

L’hortithérapie, ou jardinage thérapeutique : c’est quoi ?

L’hortithérapie (ou jardinage thérapeutique) est intéressante pour lutter contre le stress, la dépression, les pertes de mémoire (notamment chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer), apporter un bien-être moral et physique. L’association Belles plantes et sa présidente Anne Ribes, infirmière de formation, a été l’une des pionnières de l’horticulture thérapeutique en France à la fin des années 1990. Depuis, le concept s’est étendu !

L’hortithérapie à la maison

Si votre proche n’a pas accès à un jardin thérapeutique (lire plus bas « Où trouver des jardins thérapeutiques »), vous pouvez vous inspirer de cette méthode à la maison, en encourageant votre proche à jardiner ou à s’y remettre s’il a abandonné son coin de jardin. 

Rappel des bonnes conditions de pratique :

  • utiliser des outils légers et maniables, une tenue adaptée et confortable (gants, bottes) ;
  • proposer des repères (jour où l’on va jardiner, saisons à respecter) ;
  • choisir une activité et un lieu adapté (où il reste facile de circuler, sans se perdre ou tourner en rond) pour stimuler ce qui peut l’être : langage, mémoire, motricité.

Pour vous aider dans cette démarche, nous vous conseillons la lecture de Jardins thérapeutiques et hortithérapie de Jérôme Pellissier, aux éditions Dunod. L’auteur, psycho-sociologue et chercheur en gérontologie, donne de nombreux conseils à la création d’un jardin thérapeutique.

Jardins thérapeutiques : quels bénéfices ?

Triturer la terre fait du bien au moral, notamment dans la proximité avec la nature. L’hortithérapie permet également de renouer un dialogue parfois compliqué, voire rompu (difficultés de communication, mutisme…). En jardinant, tous les sens sont en éveil :

  • la vue : observation des formes et couleurs des plantes cultivées, des animaux et insectes ;
  • l’ouïe : bruit du vent dans les branches, chant des oiseaux ;
  • l’odorat : odeurs dégagées par les plantations, l’herbe coupée, les sols après la pluie ;
  • le toucher : de la terre, des plantes ;
  • le goût : productions de fruits et légumes, plantes aromatique, dégustés sur place ou à table.

Où trouve-t-on des jardins thérapeutiques ?

De plus en plus de lieux de soins possèdent leur jardin thérapeutique comme à l’hôpital de la Pitié Salpetrière à Paris, dans les établissements pour enfants ou adultes en situation de handicap ou de personnes âgées dépendantes (EHPAD). Objectifs : oublier la maladie, soigner les petits (et grands) maux du quotidien. L’horticulture thérapeutique se distingue du jardinage classique dès lors qu’un professionnel (médecin, éducateur, aide-soignant…) intervient. L’activité s’inscrit alors dans le projet d’établissement ou de vie avec des objectifs thérapeutiques : réduction des médicaments, amélioration de l’humeur, développement du langage ou de la mémoire, etc.