Accessibilité pour les personnes en situation de handicap

Vous êtes ici :

Barre d'outils

un peu de remue-méninges

Un peu de remue-méninges

En partenariat avec logo psychologies

Jouons un peu. Et surtout continuons de jouer avec nos parents, nos grands-parents, tous ceux qui ont passé l’âge. Passé l’âge, vraiment ? Au contraire…

Geneviève, 71 ans, s’amuse beaucoup depuis qu’elle a pris sa retraite : « Je travaillais dans un cabinet d’experts-comptables, alors on ne peut pas dire qu’on jouait souvent. Avec les chiffres peut-être ? Moi, j’adore jouer. Avec mes enfants, au Time’s Up. Ou mes petits-enfants, qui m’ont récemment appris à construire des villes en béton avec Minecraft ! J’ai l’impression de retomber en enfance, je me prends au jeu, je suis même parfois mauvaise perdante. »

Le jeu est-il réservé aux enfants ?

Non bien sûr, répond dans Psychologies magazine le psychanalyste Gabriel Balbo, coauteur de L’Enfant et la psychanalyse (Masson) : « Courses de chars, compétitions sportives, théâtre chez les Grecs et les Romains, jeux de voix chez les Esquimaux ou cerf-volant chez les Chinois. On oublie trop souvent que, tout au long de l’histoire de l’humanité, jouer a été considéré comme une activité si sérieuse qu’elle était réservée aux adultes ! » Alors, Geneviève, jouez, c’est votre tour !

Le jeu est-il réservé aux enfants

Car, comme vous le dites si bien, lancer les dés ou abattre ses cartes permet de « retomber en enfance ». Ou plus précisément de renouer avec son enfant intérieur, cette notion chérie par les psys depuis quelques années. Qui est ce drôle de bambin personnel ? La partie de nous-mêmes plus sensible, plus fragile, mais aussi plus enthousiaste, curieuse, ouverte. Notre « enfant intérieur », c’est le berceau de notre intuition, de notre imagination, de notre spontanéité, de notre créativité. Bref, c’est le meilleur de nous.

Et jouer est une merveilleuse occasion de le retrouver, tant l’activité ludique permet de lâcher prise, d’ôter enfin ce masque d’adulte digne de ce nom – un individu qui ne s’amuse pas, ne sourit pas, ne plaisante pas et prend les choses au sérieux, voire au tragique, pour correspondre aux injonctions socioculturelles. Il est grand temps de vivre sans notre costume trois-pièces et de nous redécouvrir nous-mêmes, pris dans la fièvre du jeu !

D’autant, chère Geneviève, que votre choix est le bon : jouer, c’est bon pour la santé, celle de vos neurones, en particulier. Et ne vous sentez pas ridicule de céder aux nouvelles technologies ! Dans une étude publiée par le magazine scientifique Nature, des chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco, dirigés par le neuroscientifique Adam Gazzaley, concluent que les serious games (1) améliorent très nettement et durablement les fonctions cognitives des plus de 60 ans. Certes, le cerveau vieillit et perd de son potentiel. Mais, plasticité cérébrale oblige, nous pouvons, en travaillant et en stimulant nos neurones, conserver mémoire et vitalité d’esprit.

Les médecins s’enthousiasment ! 

Le gérontologue Christophe Trivalle, interviewé par BFM, explique : « Ces jeux stimulent beaucoup tout ce qui est orientation […]. [Ils] font travailler la mémoire à court terme, c’est un entraînement qui va faire que l’on va réagir de plus en plus vite, donc les réflexes sont stimulés. » Résultat, bien des maisons de retraite s’équipent en consoles de salon type Wii ou encore de tablettes ! Devant l’écran, aux manettes, les résidents se déhanchent autant qu’ils cogitent. Tout bénef.

Pour ceux que le virtuel laisse froids ou pantois, il reste bien sûr tous les jeux de société, formidables outils de partage qui renforcent le lien intergénérationnel. Et parmi eux, notons l’arrivée d’un petit nouveau en 2017, Des récits et des vies (2), lauréat de plusieurs prix. « Un jeu pour se raconter, être écouté, transmettre, donner du sens aux histoires de sa vie avec émotion et poésie », lit-on sur la jolie boîte pleine de promesses, destinée aux 19-99 ans. Un support idéal pour tous ceux qui accompagnent nos aînés.
Geneviève, vous ne pourrez pas être mauvaise joueuse cette fois, si ?

les médecins s’enthousiasment 

1. De l’anglais serious (« sérieux ») et games (« jeux »), ce sont des outils numériques à la fois ludiques et pédagogiques.

2. desrecitsetdesvies.com.