Accessibilité pour les personnes en situation de handicap

Espace Particuliers

Aide & Contact Mail Laposte.net

 

Le Groupe

Barre d'outils

6 idées d’aménagement du domicile (pour mieux vieillir)

6 idées d’aménagement du domicile (pour mieux vieillir)

Bien vieillir chez soi, c’est avant tout garder toute son indépendance et sa mobilité. De la salle de bain à la cuisine, en passant par tous les petits obstacles qui peuvent devenir gênant avec les années, voici six idées d’aménagements à réaliser au domicile d’une personne âgée.

D’un côté, les membres de la génération du baby-boom qui arrivent sur leurs 70 ans et dont l’espérance de vie ne cesse de grandir. De l’autre, un habitat souvent imaginé à une époque où la problématique du vieillissement autonome à domicile n’était pas prise en considération. “On construisait principalement des maisons à étages, avec des passages étroits et des pièces parfois mal conçues, explique Annie Ascensio, intervenante au Master Gérontologie de l’Université de Montpellier et patronne de la structure Autonhomia, spécialiste des aménagements liés au vieillissement à domicile. “Prenez l’exemple des toilettes. Vu le prix du mètre carré, on les faisait trop petites et mal placées, souvent avec des portes qui s’ouvrent vers l’intérieur. Or les personnes âgées perdent en agilité et ont besoin de plus d’espace. Et puis les toilettes sont souvent trop basses…”, détaille Annie Ascensio. La nécessité d’adapter suffisamment tôt le domicile d’une personne âgée lui paraît incontournable : “on ne procède trop souvent aux aménagements qu’après un accident, comme une chute, ce qui est très mal vécu chez certaines personnes qui font de vrais dénis de vieillesse et sont alors confrontées à leur dépendance.” La solution ? Associez les personnes âgées à ces décisions plutôt que leur imposer et rapprochez-vous d’acteurs comme le Centre Communal d’Action Sociale, le Centre Local d’Information et de Coordination, le Pôle Autonomie Territorial ou même la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse pour être conseillé et bénéficier d’aides éventuelles.

1- Améliorez la mobilité

Se déplacer d’une pièce à l’autre ou aller dehors est essentiel pour garder son rythme de vie et son indépendance. Installez des rampes murales dans les couloirs, près d’un fauteuil et aux toilettes pour faciliter les déplacements, élargissez les accès quand c’est possible ou remplacez les portes classiques par des portes coulissantes ou en accordéon dans les endroits exigus comme les toilettes ou la salle de bain. Les espaces de circulation à l’intérieur du logement ou dans les allées extérieures doivent être suffisamment bien éclairés. Pensez à l'allumage automatique en installant des détecteurs de présence.   

Gommez les petites difficultés

2- Gommez les petites difficultés

Pour faciliter la mobilité, installez des détecteurs de mouvement pour allumer automatiquement les lumières dans les zones de passage. Privilégiez les équipements adaptés (horloge, téléphone), et dotez les objets du quotidien (télécommande, boîte à médicaments) de repères de couleur. Rendez les prises électriques accessibles, et équipez les volets ou le thermostat d’un réglage automatique. Enfin, “pour améliorer le confort, mettez des cales sous les fauteuils pour que les fesses ne soient pas plus basses que ses genoux”, les personnes âgées ayant du mal à se relever : avec l’âge, on perd en force et en équilibre.

3- Sécurisez la salle de bain

Sols glissants, baignoire difficile d’accès ou poignées de placard trop petites. Quand on perd en mobilité, se déplacer dans une salle de bain peut vite relever du casse-tête. Pour une salle de bain adaptée aux personnes à mobilité réduite, installez un siège dans la douche et remplacez le bain par cette dernière : “On ne prend pas de bain dans une baignoire qu’il faut enjamber, ou d’une baignoire à porte dans laquelle on va devoir attendre qu’il n’y ait plus d’eau pour en sortir et dont l’installation a coûté le prix d’une douche”, fait comprendre Annie Ascensio.

4- Aménagez la cuisine...

Les objets lourds (plats, casseroles etc.) doivent être remplacés ou rangés à portée de main, ni trop haut, ni trop bas. Les placards et autres rangements doivent être mis au niveau adéquat selon ce principe, tout comme le plan de travail, de préférence grand et facile à nettoyer.

Côté équipement, évitez le gaz et optez pour des plaques à induction qui refroidissent plus vite et sont aussi plus faciles à entretenir, mais choisissez un modèle avec des “boutons, plus ergonomiques que le tactile chez les personnes âgées qui perdent en sensibilité. Une desserte est enfin indispensable pour débarrasser facilement sans aller-retour. »

Aménagez la cuisine...

5- … et les extérieurs

Dans le jardin, les rampes et les lumières automatiques auront le même intérêt qu’en intérieur. Pour faciliter les déplacements, évitez les surfaces inégales, comme le gravier ou les pavés, multipliez les haltes possibles, comme un banc ou un simple poteau pour s’appuyer, et balisez le parcours avec des lampes solaires, afin de pouvoir aller dehors, même le soir. On peut également contraster les nez de marche ou les bordures.

6- Anticipez l’imprévisible

De nombreux systèmes de téléalarmes peuvent être installés en cas d’urgence, du téléphone spécial au bouton d’appel disposé sur un collier ou un bracelet. Sous cette forme, des détecteurs de chute peuvent appeler les secours automatiquement. Ils peuvent être reliés à des dispositifs de téléassistance intelligente ou visio-assistance. Dans la cuisine, des détecteurs de fumée et des dispositifs de mise en veille automatique pour le gaz sont des sûretés supplémentaires.

Tous ces conseils doivent être adaptés au plus près des besoins des personnes, dans le respect de leurs habitudes de vie. Il est essentiel d’être accompagné par un ergothérapeute qui saura évaluer la situation de la personne dans son de lieu de vie pour ensuite préconiser les aménagements nécessaire à court et moyen terme. Il ne faut pas attendre une chute pour réaliser ces modifications. Prévenir plutôt que guérir !