Accessibilité pour les personnes en situation de handicap

Vous êtes ici :

Barre d'outils

Bannière

Les timbres « cœur » signés Courrèges

Chaque année, une personnalité reconnue de l’univers de la mode et du luxe relooke le timbre “cœur” de La Poste. Avis aux collectionneurs de timbres : en 2016, c’est la maison Courrèges qui était en charge de la création.

Au bonheur des collectionneurs

Courrèges “habille” le timbre cœur 2016

Pour l’édition 2016 de son timbre événementiel “cœur”, La Poste a fait appel à Courrèges, dont le fondateur fut une figure avant-gardiste de la mode, et reste à jamais comme le père de la minijupe.

Résultat, une variation autour du cœur, envahie de blanc et de couleurs flashy, deux traits distinctifs de la maison. La Poste ajoute à la création artistique une dose d’innovation “technique” avec le recours à des encres iridescentes et fluo pour l’impression en héliogravure.

Pensez au timbre cœur Courrèges pour envoyer vos messages

img 1 : Courrèges “habille” le timbre cœur 2016
img 2 : Le timbre cœur, à la croisée entre philatélie et mode

Le timbre cœur, à la croisée entre philatélie et mode

Avec la mise en place en 2000 de ses timbres cœur, La Poste a souhaité rendre hommage aux plus grands créateurs de mode en leur laissant un espace libre d’expression. Ce beau timbre de collection fut “inauguré” par Yves Saint-Laurent, auquel ont succédé des noms prestigieux : Lanvin, Hermès, etc. Et Jean-Charles de Castelbajac l’an dernier. Une seule fois, en 2014, un invité hors du secteur de la mode fut choisi pour personnaliser le timbre cœur : Baccarat.

Dans les coulisses de la fabrication de vos timbres

Editions limitées, spéciales, célèbres Marianne, etc. Chaque année, des milliards de timbres sont mis en circulation. Mais comment arrivent-ils jusque dans nos sacs ?

  • Proposition : n’importe qui peut proposer la création d’un timbre en adressant sa demande à Phil@poste, anciennement Service National des Timbres-poste et de la Philatélie (SNTP). Plus de 1 200 demandes lui parviennent chaque année
  • Examen : une commission des programmes philatéliques étudie les demandes adressées à Phil@poste
  • Conception : les timbres sont confiés à un artiste qui réalise une maquette, puis le dessin fait l’objet d’une gravure manuelle, aboutissant à la production d’un poinçon original
  • Impression : le poinçon est reproduit sur un cylindre d’impression, autant de fois que nécessaire, jusqu’à l’obtention d’une planche de timbres. L’impression est alors lancée, selon des procédés divers : taille douce, héliogravure, offset, numérique.
  • Contrôle : après impression, les planches sont vérifiées une à une, comptées, façonnées
Img 3 : Dans les coulisses de la fabrication de vos timbres
img 4 : Le timbre, un objet d’art... et de valeur

Le timbre, un objet d’art... et de valeur

Objet prisé des collectionneurs, le timbre peut avoir un prix atteignant des sommets. Le plus cher du monde, dont un seul exemplaire est connu à ce jour, est le « one cent magenta », vendu aux enchères en 2014 à plus de 7 millions d’euros.

Plus généralement, la valeur d’un timbre peut être déterminée selon plusieurs critères :

  • la valeur faciale : correspond à la valeur à laquelle le timbre est vendu. Elle peut être soumise à une surcharge permettant à l’administration postale ou fiscale d’en changer la valeur, par exemple pour écouler un stock d’invendus
  • le tirage : moins le tirage est élevé, plus la valeur du timbre l’est, en vertu des principes de la loi et de la demande
  • les défauts : le caractère unique du timbre est aussi lié aux éventuelles anomalies de fabrication ou erreurs qu’il comporte. Sur un timbre émis en 1937 représentant René Descartes, on pouvait par exemple lire « Discours sur la méthode » au lieu de « Discours de la méthode »