Newsletter

Un jeudi sur deux,
l'essentiel des
stratégies relationnelles
décryptées par /le hub
de La Poste !

> S’incrire à la newsletter

Lu pour vous

  • Taille du texte
    Zoom - Zoom +
  • Imprimer la page
  • Envoyer par e-mail

Faire ses courses par Internet devient moins cher

11 juin 2009

Depuis mai, le site de Monoprix propose la livraison gratuite jusqu’au 15 juin et Telemarket.fr prolonge de son côté la même opération jusqu’au 3 juillet. Les concurrents s’alignent en livrant pour 0 € la première commande, tel Auchandirect.fr qui baisse aussi les prix sur 500 produits. Des promos qui permettent de gagner en moyenne 9 € à chaque course.

« C’est la première fois que tous les sites opèrent ces rabais en même temps. Chacun tente d’attirer le client », observe Julien Croce, directeur de Supermarche.tv, premier site comparateur de prix des supermarchés en ligne dont le dernier baromètre fixe à 22 % la différence de prix entre les cybermarchés le plus cher et le moins cher. « Si on ajoute à ces rabais l’économie réalisée sur les coûts de trajet ainsi que l’achat d’impulsion réduit grâce aux listes de courses, remarque-t-il, on arrive à des tickets de caisse moins élevés sur le Net notamment grâce aux ristournes supplémentaires que nos mettons en ligne. » Une révolution alors que les hypermarchés sont jugés plus coûteux que les magasins. « Je ne vois pas qui peut être moins cher que nous. Les prix en grandes surfaces sont variables d’une région à une autre », clame Roland Coutas, le président de Telemarket.fr, site indépendant qui annonce 100 000 clients par an et 2 000 livraisons par jour. « Quand on achète sur Internet, on n’est pas tenté par ce dont on n’a pas besoin, ce qui représente 10 % des produits achetés en rayon. Le gain d’essence correspond aux 1 300 km par an que chaque foyer fait pour ses courses. » « Pour nous, offrir la livraison, c’est lever une barrière psychologique chez les consommateurs et promouvoir ce service », explique de son côté Julien Zakoian, directeur du site de Monoprix, créé il y a huit mois, et dont les prix sont identiques à ceux du magasin.

Des arguments qui paient déjà. Selon la Fédération des entreprises de vente à distance, les cybermarchés ont réalisé en 2008 un chiffre d’affaires en hausse de 15 %. L’an passé, 11 % des internautes ont acheté de l’alimentaire en ligne. « Cette tendance montre que nous devenons consonautes, note Marc Lolivier, délégué général. Les gens n’ont plus forcément envie de prendre la voiture pour remplir le frigo. »

Un article du Parisien, mai 2009