Le Groupe

Montée en charge des équipes et des moyens alloués, diversification des outils, développement du marketing territorial pour porter le territoire et son projet, tels sont les principaux enseignements du baromètre 2019 de la communication intercommunale publié par l’Assemblée des communautés de France. Réalisé par l’agence Epiceum, en partenariat avec le cabinet d’étude Occurrence et le réseau des professionnels de la communication publique et territoriale Cap’com, il vient compléter les résultats du baromètre Epiceum-Harris Interactive de la communication locale d’octobre 2018, dont La Poste était partenaire.

  • Partager dans Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin
  • Copier l'adresse de l'article

LA COMMUNICATION INTERCOMMUNALE MONTE EN PUISSANCE… MAIS PEINE À SE DIFFÉRENCIER DE LA COMMUNICATION MUNICIPALE

83 % des intercommunalités disposent désormais de leur propre service de communication. Elles étaient à peine 50 % en 2011 ! Engagée il y a 10 ans, cette montée en puissance de la communication intercommunale en termes de ressources humaines et budgétaires semble porter ses fruits : une majorité de communicants (64 %) estiment que leur intercommunalité est mieux perçue par ses habitants à l’issue du mandat qui s’achève. Un succès qui reste à nuancer par la difficulté à se différencier des messages municipaux, qui tient notamment au manque de coordination et de mutualisation avec les services communication des communes membres.

LE SITE INTERNET SE GÉNÉRALISE, LES RÉSEAUX SOCIAUX SE DÉVELOPPENT, LE PAPIER SE MAINTIENT

Côté outils, la quasi-totalité des intercos sont aujourd’hui dotées d’un site internet (98 %). C’est l’outil de communication le plus utilisé, devant les relations presse (89 %) et le magazine externe (83 %). Ce dernier média conserve néanmoins ses lettres de noblesse, même si dans une moindre mesure que son petit frère municipal, qui arrivait en tête des supports utilisés en 2018 par les habitants pour s’informer au plan local. Avec une progression de 30 points par rapport à 2015, ce sont surtout les réseaux sociaux (80 %) qui font une entrée fracassante dans ce quarté de tête. Une tendance déjà identifiée en 2018 à l’échelle de la communication locale.

LA PROMOTION DU TERRITOIRE ET LA PRÉSENTATION DE SON PROJET COMME AXE PRIORITAIRE

La promotion du territoire est un des axes forts de l’intercommunalité. Plus de la moitié des communicants interrogés (56 % des répondants ; 66 % dans les communautés d’agglomérations) déclarent mener une démarche de marketing territorial, en ciblant prioritairement les entreprises (79 %) et les touristes (65 %). Une tendance qui devrait se renforcer encore dans les années à venir. Laissant au registre communal les notions de citoyenneté et de proximité, c’est bien la notion de territoire qui sera au cœur de la communication intercommunale du prochain mandat (2020-2026) : le projet de territoire et les grands projets à venir sont ainsi les priorités affichées des communicants des intercommunalités.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :
Le Baromètre 2018 de la communication locale
Le Baromètre 2019 de la communication intercommunale