Le Groupe

En matière de commerce en ligne, le département Loire-Atlantique est prêt ! En effet, avec 1 940 commerçants proposant leurs produits en vente en ligne, le département témoigne d’une vraie volonté de passer à la vente en ligne. Un résultat qui doit tout à l’engagement de la CCI de Nantes Saint-Nazaire et à sa rencontre avec la plateforme Ma Ville Mon Shopping, filiale du Groupe La Poste.

  • Partager dans Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin
  • Copier l'adresse de l'article

Pour la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nantes Saint-Nazaire, l’expérience Ma Ville Mon Shopping a débuté bien avant la crise sanitaire et la première période de confinement. Il y a deux ans, sous l’impulsion de Yann Trichard, son Président, la CCI se donne pour défi d’aider les commerçants du département à passer au commerce en ligne. Le challenge était de taille, car les petits commerces se sentaient de plus en plus menacés par le développement des grandes plateformes internationales de e-commerce. Yann Trichard a alors décidé de passer à l’offensive… 

Proposer un service « à la française »

Persuadé qu’un service « à la française », performant et citoyen, pouvait tout à fait être envisagé, il a décidé d’aider un maximum de commerçants du département à franchir le pas et à ouvrir leur e-boutique. Pour cela, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nantes Saint-Nazaire a contacté différentes plateformes de vente en ligne et a été séduite par l’offre de Ma Ville Mon Shopping. « Pour lutter contre les grandes plateformes avec un outil français, il fallait que celui-ci réunisse trois critères », nous explique-t-il. « Il fallait que ce soit un acteur public, qu’il soit doté d’une capacité logistique très importante et qu’il dispose d’une forte capacité économique ». Ma Ville Mon Shopping, filiale du Groupe La Poste, réunissait l’ensemble de ces critères.  

Ma Ville Mon Shopping, un service de proximité

Mais au-delà de ces enjeux très pragmatiques, Yann Trichard voit également dans ce partenariat une démarche sociale. « Travailler avec Ma Ville Mon Shopping, c'est pouvoir assurer la livraison des produits de nos commerçants grâce à La Poste et son personnel, qui assurent un rôle majeur dans le service de proximité. » La poste incarne en effet « le local » recherché par les consommateurs qui achètent sur Ma Ville Mon Shopping. Un partenariat qui place véritablement la proximité au centre de son écosystème.  

Sensibiliser et convaincre tous les commerçants

Pour être à la hauteur de son ambition, la Chambre de Commerce et d’Industrie s’est donnée les moyens. « Nous sommes allés rencontrer les commerçants du département les uns après les autres pour les convaincre de s’inscrire sur la plateforme », se souvient Yann Trichard. Résultat : aujourd’hui 1 940 commerçants sont connectés en Loire-Atlantique et le département semble faire des émules avec des départements voisins comme la Mayenne.  

C’est donc une impulsion forte qui est née en Loire-Atlantique, mais qui doit encore se poursuivre. Un des enjeux majeurs pour la CCI de Nantes Saint-Nazaire est d’avoir un maximum de produits locaux mis en ligne : « Il faut que si je cherche un stylo, je puisse le trouver sur la plateforme. Absolument toutes les catégories de produits doivent être proposées ». Sur ce point, il reste encore du chemin à parcourir, mais Yann Trichard voit grand : « Il faut que tous les commerçants des différentes communes soient présents en ligne, même si cela suppose de réaliser une grande campagne de communication entre la CCI et La Poste ».  

Et demain…  

Pour Yann Trichard, aucun doute que l’exemple de la CCI Nantes Saint-Nazaire peut se déployer au niveau national pour envisager, demain, une plateforme puissante développée dans tout le pays. C’est déjà ce qu’a entrepris l’équipe Ma Ville Mon Shopping. A date, plus de 3 800 villes et communes partout en France sont sous contrat avec Ma Ville Mon Shopping, telles que Bordeaux, Brest, Perpignan ou encore Rouen.  
L’impulsion nantaise est donnée et la meilleure récompense est sans doute dans les mots de remerciements des commerçants qui avouent à la sortie du confinement que « Ma Ville Mon Shopping a sauvé mon activité ». 


La Brulerie à Pornic, convaincue par Ma Ville Mon Shopping 

Sandrine et Christophe Lavois ont fondé la Brulerie en 2014. Leur activité : la torréfaction, la préparation et la livraison de café. Leur clientèle est principalement BtoB (vente aux distributeurs), même si la Brulerie ouvre son atelier au grand public le week-end.  

Lors du 1er confinement, en mars 2020, ils découvrent la plateforme Ma Ville Mon Shopping lors d’une rencontre visio avec le président de la CCI Nantes Saint-Nazaire, Yann Trichard. La semaine suivante, ils s’inscrivaient sur la plateforme. Ils témoignent…   

« Depuis le confinement et notre inscription sur Ma Ville Mon Shopping, notre chiffre d’affaires est en augmentation continue. Au tout début de la crise, les Français ont eu peur de manquer. Les premiers jours, ils ont dévalisé les rayons, et cela a eu aussi un effet positif sur les achats de café. Puis une fois confinées, les familles ont eu à cœur de manger sainement et de se faire plaisir. A ce moment-là, beaucoup nous ont découvert, notamment via Ma Ville Mon Shopping qui nous a permis de toucher une nouvelle clientèle. Depuis le mois d’octobre, notre chiffre d’affaires est largement supérieur à ce que nous avions réalisé en 2019 sur la même période. L’augmentation est de l’ordre de 20 à 25% environ. Les particuliers consomment mieux, chez eux. Ils ont une attitude plus responsable et cherchent des produits sains. Depuis le premier confinement, beaucoup de personnes souhaitent faire travailler les commerces du coin. Cette volonté de faire vivre le commerce local, c’est vraiment nouveau ! »