Barre unique de navigation

Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de suivre votre navigation et de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus.

Barre unique de navigation

Vous êtes ici :

Barre d'outils

Goffin, Marie-Noëlle

image Goffin

En 1962, elle détient le diplôme national de gravure. Aimant les études, Marie-Noëlle Goffin obtient une bourse qui lui permet d’intégrer l’école des Beaux-Arts d’Amsterdam. Cette perfection lui vaut d’être la lauréate de la fondation « Wicar » à Rome.

Elle décide par la suite de partager son savoir et ses connaissances en devenant elle-même professeur titulaire de dessin et de gravure à l’école des Beaux-Arts de Lille pendant 26 ans. C’est en 1976, qu’elle créée son premier timbre-poste français.

Marie-Noëlle Goffin s’implique beaucoup dans le domaine associatif. Elle est vice-présidente de l’Académie Mondiale de Philatélie. Elle est notamment membre de l’Académie Européenne de philatélie et Présidente de l’Association La Fourmi – La Motte (patrimoine Bourbonnais). C’est une artiste à multiple talents : peintre, sculpteur et dessinatrice, elle est aussi créatrice de médailles émises par la Monnaie de Paris et graveur de plus de 70 timbres-poste.

© photo l’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste

Distinctions
Grand prix de l’art philatélique (1993)
Grand prix de l’art philatélique (1995)

Château de la Batie d'Urfé

image Goffin Chateau

Le Château de la Bâtie d’Urfé, situé sur la commune de Saint-Étienne-le-Molard dans le département de la Loire, est surtout connu dans l’histoire de la littérature pour avoir servi de décor au roman « L’Astrée », d’Honoré d’Urfé. Sur le timbre est représentée une vue générale du château la plus caractéristique montrant le corps du bâtiment principal de la Renaissance Française. À droite, figurent la galerie et la rampe d’accès Renaissance italienne, car Claude d’Urfé, proche de François Ier et d’Henri II, fut également Ambassadeur auprès du Vatican à Rome. À gauche, enfin, est représentée une figure féminine réalisée en galets et coquillages, qui fait partie du décor baroque très italianisant de la « grotte de fraîcheur ». Cette grotte est sans doute l’élément le plus original du château.

La Basilique d'Orcival

Orcival, petit village du Puy-de-Dôme situé à trente kilomètres environ de Clermont-Ferrand, est renommé pour sa basilique. La statue de la Vierge qu’elle abrite, faite de noyer, argent et argent doré, est classée aujourd’hui aux Monuments Historiques. Située au XIe siècle dans une église du village, elle devint objet de vénération et de pèlerinages et explique certainement l’élévation de Notre-Dame d’Orcival. La basilique est une des plus prestigieuses églises d'art roman auvergnat. Sa construction a débuté au début du XIIe siècle et fut achevée en 1166. Elle est dominée par un clocher à deux étages octogonaux ajourés de baies, et se caractérise par sa nef aux chapiteaux sculptés à feuillages et les proportions élégantes de son chevet.

image Goffin basilique

Juliette Dodu

image Goffin Juliette Dodu

Juliette Dodu est née le 15 juin 1848 à Saint-Denis (Ile de la Réunion) et a rejoint la métropole à l’âge de 16 ans. En septembre 1870, alors qu’elle était directrice du bureau télégraphique de Pithiviers, elle aurait intercepté les dépêches ennemies des Prussiens pour les communiquer aux autorités françaises et aurait ainsi permis de sauver la vie de 40.000 soldats. À la suite d’une dénonciation, elle aurait alors été arrêtée par les allemands, condamnée à mort puis graciée et libérée lors de l’armistice. Cette postière, espionne française, héroïne de la guerre de 1870, fut la première femme à recevoir la médaille militaire et la légion d’honneur à titre militaire et une des rares femmes créoles à avoir eu un destin national. La Poste a émis un timbre-poste à l’occasion du centenaire de son décès (28 octobre 1909).

Firminy

La ville de Firminy abrite quatre œuvres de Le Corbusier dont l’église Saint-Pierre de Firminy Vert. L’édifice se présente sous la forme d’une pyramide à base carrée de plus de 25 mètres de côté évoluant en un cône tronqué qui culmine à 33 mètres du sol. Après trente années de sommeil, le chantier a été officiellement réouvert en 2003.

image Goffin Firminy