Grand angle

  • Taille du texte
    Zoom - Zoom +
  • Imprimer la page
  • Envoyer par e-mail

5 tendances de consommation pour 2013

14 décembre 2012

4 - « Web to store »

L’acte d’achat se déroule désormais le plus souvent en deux temps. Selon une étude réalisé par Opinion Way pour eBay, 9 internautes français sur 10 commencent par faire des recherches sur le web… et se rendent ensuite dans un magasin pour acheter.

« Dans les années 90, lorsque le e-commerce a émergé, nombreux étaient les sociologues paniquant à l’idée d’un cataclysme social avec le risque des rues et magasins totalement désertés, explique à L’Atelier BNP Paribas Jérémie Herscovic, expert du marché et président du site SoCloz. Quinze ans plus tard, le cataclysme n’a pas eu lieu, et 92,1 % des achats se font encore en magasin ! »

L’expression « Web to store » vient ainsi décrire ce comportement des internautes qui recherchent des informations sur la toile avant d’acheter en magasin. Les distributeurs commencent à l’intégrer en proposant sur leur site de e-commerce des services de type « click and collect » (ou « click and pick up »). À savoir, la possibilité de réserver, et souvent de payer, un article en ligne pour venir le récupérer en magasin.

Nature & Découvertes est l’une des dernières enseignes en date à avoir ajouté ce service sur son site en novembre 2012. Après Darty, la Fnac, Apple, Conforama, Bricorama, Décathlon… Jusqu’à McDonald’s qui teste depuis 2012, dans 30 de ses restaurants français, un système de commande et de paiement à partir du site gomcdo.fr. Arrivé au restaurant, le client n’a plus qu’à s’identifier à une borne « easy check in » pour récupérer son repas. En plus d’être un gain de temps pour tous, client et restaurant, McDonald’s note que le plateau moyen des acheteurs en ligne est plus élevé. En commandant chez soi, ou depuis un smartphone, le consommateur se montrerait plus gourmand qu’à la caisse du restaurant.

La Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) a publié l’an dernier une étude au titre provocateur : « 2020, la fin du e-commerce ? ». Ce n’est pas la mort du e-commerce que prophétise la Fevad, mais « celle de la fin de la distinction artificielle entre e-commerce et commerce  » (voir Ils ont dit).

Du fait notamment de la généralisation des smartphones, il ne faudra d’ailleurs même pas attendre 2020. Selon une étude rendue publique lors du salon VAD e-commerce à Lille en octobre dernier, 30 % des Français affirment consulter des sites marchands depuis leur mobile avant un achat. En 2010, ils n’étaient que 16 % dans ce cas. Un consommateur sur quatre utilise désormais également son mobile pour géolocaliser un commerçant. « Cela va beaucoup plus vite que nous l’avions imaginé, note Marc Lolivier, délégué général de Fevad. Le portable est une vraie aide à la décision d’achat. C’est le chaînon manquant entre Internet et le magasin, le ‘‘web to store’’. »

Plus d’infos
- Les Echos
- Le Hub

Le chiffre

Source : étude Fullsix
Plus d’infos :
- L’Express

L’initiative : Toys R Us lance le « pay in store » : achat en ligne, paiement en magasin, livraison à domicile

Toys R Us propose depuis début novembre aux Etats-Unis une nouvelle option sur son site de e-commerce, le « Pay in Store ». Le principe est simple, mais nécessite un système d’information très évolué : l’internaute qui commande un produit peut choisir d’aller le payer, sous 48 heures, dans l’un des 873 magasins américains de l’enseigne.

Il ne vient pas récupérer l’article en magasin, juste le régler : la commande sera envoyée chez lui après paiement. Ce service vise ceux qui hésitent à payer par internet, ou qui n’ont pas de carte de crédit. En magasin, le règlement peut se faire par chèque, en liquide, avec des chèques-cadeaux, et bien sûr par carte bancaire.

A voir si le « Pay in Store » sera très utilisé. Il marque en tout cas une nouvelle étape dans l’abolition des frontières entre les parcours d’achat online et en magasin.

Plus d’infos
- L’Atelier BNP Paribas