Tendances

  • Taille du texte
    Zoom - Zoom +
  • Imprimer la page
  • Envoyer par e-mail

Course contre la montre pour les marques et les consommateurs

30 novembre 2011

Toutes les études l’indiquent : les consommateurs veulent passer moins de temps à faire leurs courses. Marques et distributeurs s’adaptent et imaginent des solutions pour des emplettes plus rapides, allant jusqu’à supprimer le passage en caisse. Repérées ces dernières semaines, des initiatives d’Apple, de Walmart, de Carrefour, de Procter & Gamble, d’Amazon…

Course contre la montre pour les marques et les consommateurs

Deux nouveautés dans les Apple Stores aux Etats-Unis début novembre

Apple vient de lancer outre-atlantique une nouvelle application pour ses iPhone 4 et 4S. Elle permet, tout d’abord, le « Personnal Pickup » ou retrait en magasin. Le principe est simple : les clients Apple choisissent (et paient) un produit via leur iPhone. Et 12 minutes après, il est disponible dans l’Apple Store de leur choix, avec un système de retrait rapide, sans avoir à faire la queue.

- Le retrait en magasin est déjà proposé par de nombreuses enseignes, comme Darty en France. Ici, Apple l’intègre totalement dans le parcours client grâce à son application. Et met en avant la disponibilité du produit en un quart d’heure à peine !

- L’autre nouveauté proposée par Apple pourrait apporter un changement plus radical dans les comportements d’achat : elle permet de ne plus passer en caisse (voir ci-dessous).

Pour en savoir plus
- BGR

Plus besoin de passer en caisse dans les Apple Stores

C’est la seconde innovation dans les Apple Stores, rendue possible par une nouvelle fonctionnalité sur les iPhones 4 et 4S, le système « Easy Pay ». Que permet-il ? De prendre un produit dans un linéaire, de scanner le code barre et de repartir avec, sans passer par la caisse, le paiement s’effectuant automatiquement.

- C’est un principe du « Self Chek-out » : le consommateur effectue lui-même toutes les opérations de paiement en magasin. Tout comme le « Personnal Pickup », des magasins, comme Ikea ou Auchan, le proposent déjà avec des caisses automatiques sans hôtesse. Mais ici encore, Apple en simplifie l’approche, en abandonnant l’idée même de caisse !

- Le système pourrait être généralisé à l’ensemble des Apple Stores dans le monde. La marque indique qu’elle ne fera pas de contrôle en sortie de magasins. Toutefois, les produits les plus chers ne seront pas proposés en Self Check-out.

Pour en savoir plus
- Ubergizmo

Walmart dit réfléchir au Self Check-out

Le géant américain de la distribution étudie la possibilité d’adopter le même système que les Apple Stores : dans les magasins Walmart, les clients pourraient ainsi utiliser leur iPhone 4 ou 4S pour scanner et payer les articles. Pour le responsable de Walmart Labs (le département innovation de l’enseigne), l’enjeu n’est pas technologique, mais du côté de l’expérience consommateur. La question du contrôle se pose inévitablement. Par ailleurs, si l’attente est faible en caisse, les clients vont-ils vraiment préférer faire leurs courses leur mobile en main ?

- Possible. Walmart a en tout cas d’autres projets pour le mobile : l’enseigne travaille à la création d’un « réseau social » à l’intérieur de ses magasins, où les consommateurs pourraient interagir avec leur mobile, en se donnant des conseils, en livrant leur opinion sur les produits et en signalant les promos qu’ils ont trouvées.

Pour en savoir plus
- PFSK

Un chariot nouvelle génération chez Carrefour, qui intègre le système Scan’Lib

En France, Carrefour propose depuis l’an dernier, dans plusieurs de ses magasins, le système Scan’Lib. Les consommateurs prennent une « scannette » à l’entrée du magasin, scannent eux-mêmes leurs courses et passent ensuite à des caisses rapides. 10 % des clients utiliseraient Scan’Lib.

- Une nouvelle génération de chariots pourrait accélérer l’usage de Scan’Lib. Carrefour teste, en ce moment, ce nouveau type de chariot, qui pourrait être généralisé à l’ensemble de ses magasins au printemps prochain. Il repose sur un principe de sacs suspendus (voir photo). Baptisé « Mobi », ce nouveau chariot intègre un emplacement pour poser la scannette de Scan’Lib.

- Mobi associé à Scan’Lib apporte un réel gain de temps. Les consommateurs scannent leurs achats et les posent directement dans les sacs réutilisables. Un rapide passage en caisse automatique. Et les sacs sont transvasés dans le coffre de la voiture. Mobi est d’ailleurs un peu plus haut qu’un chariot classique pour faciliter le déchargement.

- Le chariot traditionnel avec sa cage métallique vit peut-être ses dernières heures : Super U teste aussi, près de Nantes, un nouveau modèle de chariot.

Pour en savoir plus
- Le Figaro

Leclerc est la première enseigne sur le marché du « drive »

Et si, au final, les clients ne voulaient même plus se rendre en magasins ? « Les ménages français sont près de 60 % à déclarer minimiser la durée passée dans les magasins alimentaires et sont de plus en plus nombreux à envisager les courses comme une corvée », explique une étude réalisée par le cabinet de veille Kantar Worldpanel.

- Le « drive », où l’on passe commande en ligne pour venir récupérer ses courses dans un espace dédié, est ainsi plébiscité par les Français. Selon Kantar Worldpanel, ce mode de distribution a déjà séduit près de 1,2 million de ménages français. « Le ticket moyen s’élève à 63 € pour 31 articles achetés, contre 17 articles achetés en moyenne en hypermarché », précise l’étude. Pour les produits de grande consommation, le drive dépasse même le commerce en ligne avec livraison à domicile.

- E.Leclerc a pris une longueur d’avance sur ce marché. Avec 100 magasins-drive, l’enseigne dispose du plus grand parc en France. Et elle continue d’en ouvrir.

Pour en savoir plus
- LSA

Des magasins virtuels dans le métro de Prague

Les magasins virtuels pour m-shoppers sont encore loin de connaître le succès du drive, mais ils constituent une tendance fortement émergente. Tesco les a déployés à grande échelle dans le métro de Séoul. Le principe ? Des affiches reproduisent les linéaires d’un supermarché. À chaque produit est associé un flashcode, qu’il suffit de scanner avec son mobile pour remplir son panier virtuel. Les courses sont ensuite livrées à domicile.

- Une initiative similaire vient d’être lancée dans le métro de Prague, avec des magasins virtuels installés dans les quatre plus grandes stations. Il ne s’agit encore que d’un test, programmé d’octobre à décembre 2011. L’expérience est menée par un site de e-commerce tchèque, en partenariat avec… Procter & Gamble. Sur les premières semaines de l’opération, 90 % de l’espace était réservé aux marques du groupe : Ariel, Bonux, Pampers, H&S, Gillette, etc.

- Décidément très en vogue, le principe de magasins virtuels est également testé par e-Bay, qui vient d’installer une vitrine à New-York permettant l’achat des produits présentés par flashcode.

Pour en savoir plus
- Springwise
- Publigeekaire

Une application d’Amazon pour faire ses courses partout et à tout moment

Et s’il n’y avait même plus besoin de magasins virtuels ou de vitrines pour faire ses courses avec son mobile ? Amazon vient de lancer une application baptisé Flow permettant de scanner n’importe quel code barre, chez soi, chez des amis, dans un magasin, etc. L’application fait apparaître des indications sur le produit scanné, comme son prix et des avis d’utilisateurs. Et d’un clic, on peut ajouter l’objet à son panier chez Amazon.

- Une tendance à surveiller pour le m-commerce : Tesco a déjà lancé une application similaire en début d’année. Nous en avions parlé en février dernier.

- Démonstration en vidéo des possibilités offertes par Flow :

Pour en savoir plus
- Idboox